Vulome 2 est disponible !

Mon travail a été publié dans cet ouvrage collectif regroupant plus d’une centaine de dessinateurs.

12662419_1593264770912770_3548576220510034849_n

My artwork has been published in this collective artbook with more a hundred artists.

12647268_1593265264246054_2690856369299992278_n 12642921_1593264810912766_2796213054982451734_n 12642537_1593264800912767_2761355304486693506_n 12631318_1593265180912729_2654092487205932888_nLe site : www.lesslipsdepapa.com/

Skull by Tarek

Vidéo

Le Festival d’Angoulême, miroir du monde la BD ?

Le Festival d’Angoulême est-il devenu le miroir des dérives de notre profession ?

Cela fait déjà 17 ans que je suis auteur de bande dessinée et j’avoue que le FIBD représente pour moi beaucoup de mauvais souvenirs et pas mal de rendez-vous manqués… Et pourtant, j’ai apprécié les nombreuses rencontres avec les lecteurs et les autres collègues mais en fait, tout au long de l’année, je peux vivre ces bons moments dans d’autres salons bien plus accueillants comme Quai des bulles à Saint-Malo, SoBD à Paris ou encore le FestiBD à Moulins.

La 43e édition du FIBD n’a finalement été qu’une consécration de la gabegie de l’équipe dirigeante tandis que le SNAC publie un rapport alarmant sur notre profession moribonde, faisant part du cynisme d’une partie des éditeurs et des institutionnels, de la condescendance des décideurs culturels envers la grande majorité des auteurs, de la misogynie de ce genre de structure, du manque de respect pour le public et la majorité des auteur(e)s, d’une communication désastreuse et enfin du mauvais goût affiché par le directeur de ce festival lors d’une pseudo remise des prix digne d’un mauvais film de Max Pecas.

Suis-je étonné ? Assez peu, en vérité, mais j’avoue que je n’imaginais pas que ce lamentable spectacle qui s’offrait à nous depuis des années déjà allait atteindre des sommets d’abjection en si peu de temps.

La première fois que j’ai été invité à me rendre au FIBD, c’était en 2000 pour la sortie de ma BD, Le prophète de Tadmor (Vents d’Ouest). Qu’en ai-je gardé comme souvenirs ? Une drôle d’impression : rien n’était proposé aux auteurs, aucun respect n’était montré pour nous alors que nous dédicacions toute la journée et, comble de l’horreur, mes albums vendus sur place n’étaient pas comptabilisés dans nos droits (le libraire Glénat de l’époque me l’avait confirmé de vive voix). Résultat : une bonne semaine au lit à cause d’un rhume carabiné pour avoir vendu mes BD sans en tirer le moindre bénéfice, que ce soit au niveau des droits ou de la visibilité médiatique. J’ai pris la décision de ne plus y retourner…

3cochons2007… Je suis retourné dans ce salon car mon album Les trois Petits cochons (EP jeunesse) était sélectionné pour le prix des collégiens et que l’on m’avait proposé de dédicacer en librairie. Sur place, le dessinateur et moi étions pris en charge par des employés de l’Académie de Poitiers et certains bénévoles du salon… Le soir de la remise des prix, nous avons appris que nous ne l’avions pas obtenu, sans plus de précisions. Toutefois, nous sentions un malaise de la part de certains enseignants présents. Au niveau du logement et des repas : niveau zéro ! Je suis reparti avec un goût amer même si le public des collégiens avec qui nous avions diné nous a apporté du baume au cœur. Pour le reste…

Le mois suivant, je suis contacté pour une rencontre avec des professeurs de cette Académie (payé au tarif de la charte). Sur place, j’ai appris de l’un des professeurs, sous le sceau de la confidence, que le prix qui a été décerné à des collègues talentueux devait nous revenir. J’ai insisté pour en savoir plus puis il m’a expliqué que nous étions arrivés en tête dans quatre des cinq collèges et dernier dans le cinquième tandis que ceux qui avaient obtenu le prix n’étaient arrivés premier que dans un seul collège. Et d’ajouter que notre éditeur n’ayant ni le poids ni la « diplomatie » requise vis à vis du FIBD nous a desservi dans cette affaire par rapport à l’autre maison d’édition. Et pour finir, il m’a dit que pour avoir bonne conscience on m’avait invité (et au passage payé) à cette rencontre pro pour me « récompenser » indirectement. Que penser de cette histoire ? Sur le moment, j’étais profondément dégoûté même si je savais que notre éditeur, qui avait un comportement de gougeat, nous desservait très souvent. Mais bien après je me suis dit qu’au moins ceux qui avaient eu le prix étaient de véritable auteurs jeunesse dont j’appréciais le travail et qu’un prix n’était après tout qu’une récompense relative et subjective.

BD paritéL’année suivante, j’y suis retourné pour les mêmes raisons puisqu’un autre de mes albums était sélectionné pour le prix des collégiens : Le petit Mamadou Poucet (EP jeunesse). Avec d’autres auteurs, j’avais participé à un ouvrage collectif sur les discriminations faites aux femmes dans le cadre du travail : cette BD a été réalisée en partenariat avec les Mutualités françaises et nous étions conviés à la dédicacer dans leur agence d’Angoulême. Je suis rentré chez moi avec un gros rhume (une habitude) et l’impression d’avoir perdu mon temps (encore plus que les fois précédentes). Les organisateurs du salon nous avaient écarté de la remise du prix et les dédicaces n’avaient servi qu’à arrondir la trésorerie de l’éditeur qui avait trouvé un arrangement avec la librairie et, pour le coup, nous n’avions pas été crédité de nos droits. Je n’ai eu la confirmation de cela qu’en 2011 ! Je décidais de ne plus y retourner et j’en avisais l’éditeur qui avait fait mine de me comprendre…

Turcos le making-offL’année 2012 a été une date clé pour moi dans ma relation avec le FIBD car j’allais vivre la réalité de ce festival en tant qu’auteur mais aussi en tant qu’éditeur « indépendant ». Jusqu’à ce jour, j’avais préféré ne pas en parler… Mais il y a péril en la demeure et chaque expérience d’auteur peut donner à réfléchir aux autres.

François Bayrou découvre la Guerre des Gaules

En automne 2011, José Jover et moi avions rendez-vous dans les bureaux parisiens du FIBD en tant que représentant de notre structure éditoriale (Tartamudo), en compagnie de Kamel Mouellef au nom de son association et comme co-éditeur de ma BD Turcos (Tartamudo). Je pense que cette entrevue avec le directeur artistique et la responsable de communication du FIBD a été un grand moment de vérité pour moi. En effet, le directeur artistique m’a menti sans vergogne à plusieurs reprises et m’a pris pour un con lors de cette réunion où il est arrivé avec 30 minutes de retard. Sans rentrer dans les détails, je suis ressorti de cet endroit en me disant qu’ils n’y connaissaient rien à la BD et qu’ils ne nous respectaient pas. Je le savais déjà, j’en avais la preuve maintenant !

Dès le début du mois de janvier, j’avais exprimé mes craintes sur la situation de notre profession en écrivant un petit article intitulé : La BD est en danger ! Cela a suscité une polémique sur le site ActuaBD qui avait repris mon article. A cette occasion, j’ai reçu de nombreux témoignages de collègues qui pensaient comme moi.

Fin janvier 2012… Nous avons pris un stand (financé en grande partie par la région Rhône-Alpes partenaire de notre BD, sans quoi nous n’aurions pas pris de stand sans intérêt économique pour nous). J’ai cédé gracieusement au FIBD les droits pour le visionnage de mon documentaire et notre maison d’édition a offert une cinquantaine de BD Turcos à des collégiens de la ville. En retour qu’avons-nous obtenu ? RIEN ! Du mépris, du mépris et encore du mépris ! Nous avons raté la rencontre à cause d’un retard de train (5 heures à attendre à Saint-Pierre-des-corps)… En arrivant à Angoulême, l’accueil était au dessous de tout ! La responsable de la communication s’est même permis de nous injurier devant notre ami et éditeur José Jover comme si nous avions sciemment oublié d’aller à cette rencontre. Quelle ingratitude ! José m’a sagement conseillé de rester calme et de ne pas lui rappeler les règles de base de la vie en société. Le bilan économique de ce salon a été moyen pour nous : ni perte ni recette… Pour la visibilité médiatique, nous l’avons eue car nous avons proposé des choses pour l’obtenir, en plus de la visite surprise du candidat François Bayrou sur notre stand. Si c’était à refaire, je ferai payer le documentaire et les albums !

Nous avons pris la décision de ne plus participer à ce salon et, depuis cette date, nous n’y sommes plus retournés.

En juin 2014, la situation s’étant encore dégradée j’avais mis en ligne un long article sur le site de Médiapart (L’avenir de la BD est au bout de nos crayons !) repris sur le site ActuLitté. Mes craintes ne faisaient que se confirmer à mon grand désarroi. Notre métier malade était maintenant moribond…

Je suis convaincu en écrivant ces lignes que le FIBD n’a fait que dévoiler les turpides de ceux qui profitent de notre travail à tous les niveaux mais aussi révèle la crise très profonde qui risque d’engloutir de nombreux auteur(e)s… Des collègues femmes ont ouvert la boîte de Pandore en revendiquant à juste titre le manque de femme dans la sélection. Je suis toujours convaincu que ce combat, bien que noble, n’est pas le plus essentiel. Je me suis exprimé assez longuement à ce sujet pour ne pas revenir dessus. J’ajouterai même que les résultats de l’enquête sur notre métier viennent confirmer mes dires, à savoir que le combat est avant tout social et économique et que nous sommes dans une lutte des classes. Nos adversaires en ont conscience depuis toujours, la plupart des auteurs pas vraiment… Hélas !

Eric Wantiez et Antoine Ozanam se sont exprimés avec justesse sur le festival d’Angoulême et je suis en parfait accord avec ce qu’ils ont dit avec force et justesse. J’irai plus loin en ajoutant que l’actuelle direction (la précédente également) n’est pas arrivée par hasard à la tête du FIBD. Les politiques sont complices en confiant à une entreprise privée autant de prérogatives sans contre-parties alors que les fonds sont en majorité publics, les grandes structures éditoriales également en laissant faire (par calcul politique, par manque d’intérêt ou par ignorance ?), nous les auteurs en accordant autant d’importance à ce salon qui se déroule en hiver dans une ville sans capacité hôtelière digne de ce nom pour un événement de cette envergure où tout est payant pour tout le monde sans que nous soyons rétribués pour faire le « show »… Le FIBD aurait dû être la grande messe de la bande dessinée, un lieu de rencontre de débat et d’affaires (pour les auteurs aussi) mais c’est avant tout un super marché de la BD avec une remise de prix que l’on attribue aux « copains » et à une BD qui ne représente trop souvent qu’une infime partie du public.

Il est temps de construire autre chose… Les auteurs ont des idées. Je pense qu’une partie du public et des partenaires publics seront prêts à nous soutenir si nous montrons un front uni.

12512563_436790303178962_2902156386638483533_nLe site du SNAC : http://www.snac.fr/

 

Retour sur la fabrique des images #2

Le week-end du 22 au 24 janvier 2016, j’ai participé avec cinq autres artistes au second volet de la Fabrique des images : nous étions présents à la galerie Philippe Gelot à ‪‎Paris pour présenter nos dernières œuvres picturales et nos dernières bandes dessinées.

946139_1266652826683985_3036767007871718198_nThe weekend of 22 to 24 January 2016, I participated with five other artists in the second part of « La Fabrique des images« : we were present at the gallery Philippe Gelot in Paris to present our latest pictorial works and our latest comics books.

12523110_10207573556394490_3735364655604919313_n 12540747_10207573556234486_7041543246370399441_n

12552701_10207573558234536_6202747952466556472_n 12553089_10207573559274562_8060217771237500003_n 12572997_10207573557594520_2701248978448106806_n Photographies : Olivier B. et A. Richard

L’art au stade avec la galerie Cognac art

12650502_456024944604529_1577854742_n12507273_1007859969260391_3497928439857868658_nCertaines de mes toiles seront exposées lors des matchs des Girondins de Bordeaux au stade Matmut Atlantique, contre Rennes et le PSG. La première exposition s’est déroulée ce dimanche avec le match Bordeaux-Rennes. Les toiles sont visibles dans l’espace présidentiel.

Some of my paintings are exhibited during matches of Girondins de Bordeaux at the « Stade Matmut Atlantique », against Rennes and PSG. The first exhibition took place on Sunday with the match Bordeaux-Rennes. The paintings are visible in the presidential circle.

La presse en a parlé…

12628403_840522249404388_1533723825316274913_o 2

12508882_1015334035179651_2577944422848204089_n

Mes toiles…

12647731_456064571267233_1212411503_n

My paintings …

12660390_456060941267596_457266816_n

Le site de la galerie : www.cognac-art.com/

Atelier avec des membres de l’ACAT

image001Samedi après-midi, j’ai participé en tant qu’intervenant à une rencontre/atelier avec des membres de l’ACAT autour de la question de l’utilisation de l’art pour faire passer un message politique. L’échange a été riche et profond ! Un grand merci à Estelle et au reste de l’équipe.

1002401_370324956402835_1948428473_n

Saturday afternoon, I participated as an intervenor in a meeting / workshop with members of ACAT around the question of the use of art for passing a political message. The exchange was rich and deep! A big thank you to Estelle and the rest of the team.

Du 22 au 24 janvier à la galerie Philippe Gelot !

12417919_1263746983641236_528096926241288624_n

La Fabrique des images revient en force avec une seconde session pour ceux qui n’auraient pas pu venir à la première.
Nous avons eu de nombreuses demandes pour réitérer cet événement suite à l’engouement et au succès de l’édition de décembre mais aussi pour répondre à toutes celles et ceux qui n’ont pas pu venir et qui voudraient vivre ce moment de création et de rencontre avec nous.

12507570_1263746703641264_8798792111783698296_n

Galerie Philippe Gelot // 29 rue Saint-Paul 75004 Paris // Métro : Saint-Paul

10277008_10208527914175060_1720147177719290828_n

La Fabrique des images #2

La Fabrique des images revient en force en ce début d’année, du 21 au 24 janvier, avec une seconde session pour ceux qui n’auraient pas pu venir à la première édition.

affiche-fabrique-2

En effet, nous avons eu de nombreuses demandes pour réitérer cet événement assez rapidement suite à l’engouement et au succès de l’édition de décembre mais aussi pour répondre à toutes celles et ceux qui n’ont pas pu venir et qui voudraient vivre ce moment de création et de rencontre avec nous.La galerie Philippe Gelot est donc ravie d’accueillir Vincent Pompetti (illustrateur et auteur de BD), José Jover (illustrateur et auteur de BD), Basto (peintre), Yarps (pochoiriste), Mat Elbé (pochoiriste) et Tarek (peintre et auteur de BD).

Au programme du vendredi au dimanche de 10 heures à 20 heures

  • Dédicace de bandes dessinées (Le Malouin, Les Anciens Astronautes, La guerre des Gaules tome 1 et 2, The Gallic Wars vol. 1, Turcos, Les Fictionnettes, Blateman et Bobine…) + des albums introuvables de Vincent Pompetti et Tarek !
  • Live painting de Tarek sur petites toiles.
  • Dessin en live de Vincent Pompetti et José Jover
  • Pochoir in situ de Mat Elbé et Yarps
  • Des ouvrages d’art et des magazines Paris Tonkar

 + vente de dessins (petits et grands formats), pochoirs sur papier, de peintures et customs divers !

 N’hésitez pas à venir, vous ne serez pas déçu !

Les partenaires :

Live painting + dédicace au 59 Rivoli

P1170016Live painting et dédicace du magazine Paris Tonkar ☆☆☆ Exposition Newarty’s au 59 Rivoli ☆☆☆ samedi 9 janvier 2016.

P1170002

Live painting and autograph of the Paris Tonkar magazine  ☆☆☆ Newarty‘s exhibition at Rivoli 59 ☆☆☆ Saturday, January 9, 2016.