Mes masques dans un court métrage

Capture d’écran 2019-06-08 à 20.06.29

Deux de mes masques apparaissent dans ce joli conte de Robin Deriaud… Un court-métrage touchant et d’une grande qualité poétique !

Capture d’écran 2019-06-08 à 19.58.09

Synopsis : Sous la lumière des lampadaires parisiens, des graffitis prennent vie alors que la ville dort encore. Ils nous racontent une histoire, une balade de toits en toits, entre les murs de la capitale, nous faisant ainsi découvrir un monde jusqu’alors insoupçonné.

Capture d’écran 2019-06-08 à 20.06.08

PARIS EST NOIRE
Un conte de Robin Deriaud
Production DACP, IZ POST et Robin Deriaud

Capture d’écran 2019-06-08 à 20.07.07

Capture d’écran 2019-06-08 à 20.07.35

Le sticker qui change tout…

Image

56205172_10219158552534375_5240223927799644160_n

La galerie Philippe Gelot fête ses 33 ans

54511873_432903794131171_3574285980813996428_n

Cette année la galerie Philippe Gelot fête ses 33 ans : j’ai réalisé 33 dessins au prix de 33 euros à cette occasion !

Bonne année 2019

Bonne année 2019 • Happy new year 20019 • سنة جديدة سعيدة 2019

Bonne année 2019

Ce que tu donnes est à toi pour toujours. Ce que tu gardes est perdu à jamais.

Une apparition dans le film Coexister

Un de mes skulls apparait durant plus de 2 minutes dans le film Coexister de Fabrice Eboué.

Capture d_écran 2018-11-11 à 15.37.15

Agenda de novembre et décembre 2018

• Réalisation du mur de l’Impermanence galerie avec Thiago Ritual, SG Goom Art, Mat Elbé, Deuxben de Rennes… Il sera visible jusqu’à la fin du mois.

45980429_10212088636560483_531164214723608576_n

• Réalisation de trois nouveaux masques à l’ENC Bessières ce vendredi. Un grand merci à toute l’équipe et à mon ami Miceal. Merci également à monsieur Geoffroy Boulard, maire du 17e, qui est passé nous voir et qui a apprécié mes masques ainsi que le pochoir Barbarella de Mat Elbé. Merci à monsieur Benjamin Mallo pour sa présence parmi nous.

 

 

 

 

• Exposition à la Galerie Lehalle du 15/11 au 08/12 avec un vernissage le 15/11 à partir de 18h.

Communiqué

• Le 17/11, live painting et custom ainsi que livraison de nouvelles toiles à Lyon à Confluence dans l’exposition ONE SHOT – Urban Art Session avec SITIO par Superposition.

• Du 23/11 au 25/11 exposition Tarek X Mat Elbé à l’App’art avec l’association Noosphère. Vernissage le 23/11 et Live painting le 24/11.

 

 

• Le 24/11, vente aux enchères à Drouot dans la salle 14 à 14h avec Magnin-Wedry et le Musée MoLA. 7 de mes œuvres seront mises en vente.

 

• Le 24/11, vente aux enchères « Donnez leurs des ailes France – Népal » (Atelier BASFROI, 23, rue BASFROI 75011 PARIS : Métro Voltaire)… Une de mes toiles sera mise en vente pour aider cette association présidée par Joelle Guibart.

• J’ai l’immense joie et honneur de vous annoncer ma participation à l’exposition d’arts de L’Afrique c’est Chic world Fest – 27 Nov. 23 Dec. 2018 – Dakar.

41520073_461574474352497_8611692406695264256_n

• Fin novembre, résidence d’artiste à Vannes en Bretagne.

• Sortie de Conquest: Julius Caesar’s Gallic Wars (Scénario de Tarek et dessin de Vincent Pompetti) chez Black Panel Press au Canada, USA et le reste du monde anglophone. Andrew Benteau est le fondateur de cette structure éditoriale qui défend mes titres en langue anglaise.
Les infos : https://www.blackpanelpress.com/en/product/conquest/

• Du 7 au 9/12, je serai présent au Salon SOBD – Toute la Bande dessinée au cœur de Paris sur le stand Tartamudo Editions avec Jose Jover, Vincent Pompetti, Nadine Van der Straeten et d’autres auteurs…

40962666_1837121332989583_5515214736548954112_n

Un dieu dans la machine

Un roman d’anticipation (Un dieu dans la machine d’Alexis Brocas chez Éditions Phébus avec une de mes toiles en couverture. Sortie en librairies le 29 septembre !

9782752911698-5dde9

Chez Larcher, on laisse le salarié comprendre par lui-même, et on a tous compris : pour durer, il faut s’accommoder d’une dose d’incompréhensible. Inutile de poser des questions si la machine te dit qu’à Lyon 70 % des Arnaud sont bruns, qu’ils pondent 5 mails de 200 à 800 signes par jour et que, s’ils boivent de la menthe à l’eau, ils doivent détester le bowling. On appelle ça une relation acausale et c’est ce que vend l’entreprise Larcher en traitant les données de masse.Mais la machine est-elle capable de prédire l’âge auquel meurt un individu ? Le lieu et l’heure du décès ?A-t-elle raison quand elle m’explique, à moi, son employé modèle, que ma fille va mourir à 17 ans ?Après La vie de jardin, Alexis Brocas nous offre un roman sur notre société où les machines savent tout. Mais aussi un récit d’aujourd’hui sur l’amour d’un père pour son enfant.