Le Festival d’Angoulême, miroir du monde la BD ?

Le Festival d’Angoulême est-il devenu le miroir des dérives de notre profession ?

Cela fait déjà 17 ans que je suis auteur de bande dessinée et j’avoue que le FIBD représente pour moi beaucoup de mauvais souvenirs et pas mal de rendez-vous manqués… Et pourtant, j’ai apprécié les nombreuses rencontres avec les lecteurs et les autres collègues mais en fait, tout au long de l’année, je peux vivre ces bons moments dans d’autres salons bien plus accueillants comme Quai des bulles à Saint-Malo, SoBD à Paris ou encore le FestiBD à Moulins.

La 43e édition du FIBD n’a finalement été qu’une consécration de la gabegie de l’équipe dirigeante tandis que le SNAC publie un rapport alarmant sur notre profession moribonde, faisant part du cynisme d’une partie des éditeurs et des institutionnels, de la condescendance des décideurs culturels envers la grande majorité des auteurs, de la misogynie de ce genre de structure, du manque de respect pour le public et la majorité des auteur(e)s, d’une communication désastreuse et enfin du mauvais goût affiché par le directeur de ce festival lors d’une pseudo remise des prix digne d’un mauvais film de Max Pecas.

Suis-je étonné ? Assez peu, en vérité, mais j’avoue que je n’imaginais pas que ce lamentable spectacle qui s’offrait à nous depuis des années déjà allait atteindre des sommets d’abjection en si peu de temps.

La première fois que j’ai été invité à me rendre au FIBD, c’était en 2000 pour la sortie de ma BD, Le prophète de Tadmor (Vents d’Ouest). Qu’en ai-je gardé comme souvenirs ? Une drôle d’impression : rien n’était proposé aux auteurs, aucun respect n’était montré pour nous alors que nous dédicacions toute la journée et, comble de l’horreur, mes albums vendus sur place n’étaient pas comptabilisés dans nos droits (le libraire Glénat de l’époque me l’avait confirmé de vive voix). Résultat : une bonne semaine au lit à cause d’un rhume carabiné pour avoir vendu mes BD sans en tirer le moindre bénéfice, que ce soit au niveau des droits ou de la visibilité médiatique. J’ai pris la décision de ne plus y retourner…

3cochons2007… Je suis retourné dans ce salon car mon album Les trois Petits cochons (EP jeunesse) était sélectionné pour le prix des collégiens et que l’on m’avait proposé de dédicacer en librairie. Sur place, le dessinateur et moi étions pris en charge par des employés de l’Académie de Poitiers et certains bénévoles du salon… Le soir de la remise des prix, nous avons appris que nous ne l’avions pas obtenu, sans plus de précisions. Toutefois, nous sentions un malaise de la part de certains enseignants présents. Au niveau du logement et des repas : niveau zéro ! Je suis reparti avec un goût amer même si le public des collégiens avec qui nous avions diné nous a apporté du baume au cœur. Pour le reste…

Le mois suivant, je suis contacté pour une rencontre avec des professeurs de cette Académie (payé au tarif de la charte). Sur place, j’ai appris de l’un des professeurs, sous le sceau de la confidence, que le prix qui a été décerné à des collègues talentueux devait nous revenir. J’ai insisté pour en savoir plus puis il m’a expliqué que nous étions arrivés en tête dans quatre des cinq collèges et dernier dans le cinquième tandis que ceux qui avaient obtenu le prix n’étaient arrivés premier que dans un seul collège. Et d’ajouter que notre éditeur n’ayant ni le poids ni la « diplomatie » requise vis à vis du FIBD nous a desservi dans cette affaire par rapport à l’autre maison d’édition. Et pour finir, il m’a dit que pour avoir bonne conscience on m’avait invité (et au passage payé) à cette rencontre pro pour me « récompenser » indirectement. Que penser de cette histoire ? Sur le moment, j’étais profondément dégoûté même si je savais que notre éditeur, qui avait un comportement de gougeat, nous desservait très souvent. Mais bien après je me suis dit qu’au moins ceux qui avaient eu le prix étaient de véritable auteurs jeunesse dont j’appréciais le travail et qu’un prix n’était après tout qu’une récompense relative et subjective.

BD paritéL’année suivante, j’y suis retourné pour les mêmes raisons puisqu’un autre de mes albums était sélectionné pour le prix des collégiens : Le petit Mamadou Poucet (EP jeunesse). Avec d’autres auteurs, j’avais participé à un ouvrage collectif sur les discriminations faites aux femmes dans le cadre du travail : cette BD a été réalisée en partenariat avec les Mutualités françaises et nous étions conviés à la dédicacer dans leur agence d’Angoulême. Je suis rentré chez moi avec un gros rhume (une habitude) et l’impression d’avoir perdu mon temps (encore plus que les fois précédentes). Les organisateurs du salon nous avaient écarté de la remise du prix et les dédicaces n’avaient servi qu’à arrondir la trésorerie de l’éditeur qui avait trouvé un arrangement avec la librairie et, pour le coup, nous n’avions pas été crédité de nos droits. Je n’ai eu la confirmation de cela qu’en 2011 ! Je décidais de ne plus y retourner et j’en avisais l’éditeur qui avait fait mine de me comprendre…

Turcos le making-offL’année 2012 a été une date clé pour moi dans ma relation avec le FIBD car j’allais vivre la réalité de ce festival en tant qu’auteur mais aussi en tant qu’éditeur « indépendant ». Jusqu’à ce jour, j’avais préféré ne pas en parler… Mais il y a péril en la demeure et chaque expérience d’auteur peut donner à réfléchir aux autres.

François Bayrou découvre la Guerre des Gaules

En automne 2011, José Jover et moi avions rendez-vous dans les bureaux parisiens du FIBD en tant que représentant de notre structure éditoriale (Tartamudo), en compagnie de Kamel Mouellef au nom de son association et comme co-éditeur de ma BD Turcos (Tartamudo). Je pense que cette entrevue avec le directeur artistique et la responsable de communication du FIBD a été un grand moment de vérité pour moi. En effet, le directeur artistique m’a menti sans vergogne à plusieurs reprises et m’a pris pour un con lors de cette réunion où il est arrivé avec 30 minutes de retard. Sans rentrer dans les détails, je suis ressorti de cet endroit en me disant qu’ils n’y connaissaient rien à la BD et qu’ils ne nous respectaient pas. Je le savais déjà, j’en avais la preuve maintenant !

Dès le début du mois de janvier, j’avais exprimé mes craintes sur la situation de notre profession en écrivant un petit article intitulé : La BD est en danger ! Cela a suscité une polémique sur le site ActuaBD qui avait repris mon article. A cette occasion, j’ai reçu de nombreux témoignages de collègues qui pensaient comme moi.

Fin janvier 2012… Nous avons pris un stand (financé en grande partie par la région Rhône-Alpes partenaire de notre BD, sans quoi nous n’aurions pas pris de stand sans intérêt économique pour nous). J’ai cédé gracieusement au FIBD les droits pour le visionnage de mon documentaire et notre maison d’édition a offert une cinquantaine de BD Turcos à des collégiens de la ville. En retour qu’avons-nous obtenu ? RIEN ! Du mépris, du mépris et encore du mépris ! Nous avons raté la rencontre à cause d’un retard de train (5 heures à attendre à Saint-Pierre-des-corps)… En arrivant à Angoulême, l’accueil était au dessous de tout ! La responsable de la communication s’est même permis de nous injurier devant notre ami et éditeur José Jover comme si nous avions sciemment oublié d’aller à cette rencontre. Quelle ingratitude ! José m’a sagement conseillé de rester calme et de ne pas lui rappeler les règles de base de la vie en société. Le bilan économique de ce salon a été moyen pour nous : ni perte ni recette… Pour la visibilité médiatique, nous l’avons eue car nous avons proposé des choses pour l’obtenir, en plus de la visite surprise du candidat François Bayrou sur notre stand. Si c’était à refaire, je ferai payer le documentaire et les albums !

Nous avons pris la décision de ne plus participer à ce salon et, depuis cette date, nous n’y sommes plus retournés.

En juin 2014, la situation s’étant encore dégradée j’avais mis en ligne un long article sur le site de Médiapart (L’avenir de la BD est au bout de nos crayons !) repris sur le site ActuLitté. Mes craintes ne faisaient que se confirmer à mon grand désarroi. Notre métier malade était maintenant moribond…

Je suis convaincu en écrivant ces lignes que le FIBD n’a fait que dévoiler les turpides de ceux qui profitent de notre travail à tous les niveaux mais aussi révèle la crise très profonde qui risque d’engloutir de nombreux auteur(e)s… Des collègues femmes ont ouvert la boîte de Pandore en revendiquant à juste titre le manque de femme dans la sélection. Je suis toujours convaincu que ce combat, bien que noble, n’est pas le plus essentiel. Je me suis exprimé assez longuement à ce sujet pour ne pas revenir dessus. J’ajouterai même que les résultats de l’enquête sur notre métier viennent confirmer mes dires, à savoir que le combat est avant tout social et économique et que nous sommes dans une lutte des classes. Nos adversaires en ont conscience depuis toujours, la plupart des auteurs pas vraiment… Hélas !

Eric Wantiez et Antoine Ozanam se sont exprimés avec justesse sur le festival d’Angoulême et je suis en parfait accord avec ce qu’ils ont dit avec force et justesse. J’irai plus loin en ajoutant que l’actuelle direction (la précédente également) n’est pas arrivée par hasard à la tête du FIBD. Les politiques sont complices en confiant à une entreprise privée autant de prérogatives sans contre-parties alors que les fonds sont en majorité publics, les grandes structures éditoriales également en laissant faire (par calcul politique, par manque d’intérêt ou par ignorance ?), nous les auteurs en accordant autant d’importance à ce salon qui se déroule en hiver dans une ville sans capacité hôtelière digne de ce nom pour un événement de cette envergure où tout est payant pour tout le monde sans que nous soyons rétribués pour faire le « show »… Le FIBD aurait dû être la grande messe de la bande dessinée, un lieu de rencontre de débat et d’affaires (pour les auteurs aussi) mais c’est avant tout un super marché de la BD avec une remise de prix que l’on attribue aux « copains » et à une BD qui ne représente trop souvent qu’une infime partie du public.

Il est temps de construire autre chose… Les auteurs ont des idées. Je pense qu’une partie du public et des partenaires publics seront prêts à nous soutenir si nous montrons un front uni.

12512563_436790303178962_2902156386638483533_nLe site du SNAC : http://www.snac.fr/

 

Mailing art by Tarek

Mailing artMailing art

J’ai réalisé ce mailing art à partir de ma dernière bande dessinée. C’est du collage avec de la peinture acrylique ! (2012 © Le moule à gaufres éditions • Tarek • Seb Cazes)

I made that art mailing from my last cartoon. This is the collage with acrylic paint!

Présentation de la BD :

Dans la France de l’après-guerre, en pleine guerre d’Indochine, deux frères vont s’affronter lors d’une campagne électorale qui tourne rapidement à l’affrontement : un concierge, ex-policier renvoyé en 1943, et le maire en place, résistant de la dernière heure et collaborateur sans conviction. Tous les coups sont permis !

D’un petit quiproquo monté de toutes pièces par des journalistes de droite, les deux hommes vont régler leur histoire de famille tout en briguant la mairie de cette ville de banlieue où la vie est difficile… Déjà… D’une petite querelle de clocher, cette histoire va devenir un enjeu national dans un pays en proie au doute.

Follow me [ vimeo | facebook | twitter | tumblr | youtube]

Le Concierge est en librairies !

Image

Pub concierge

Follow me [ vimeo | facebook | twitter | tumblr | youtube]

Seb Cazes était au FIBD

Seb Cazes

Stand du Moule-à-Gaufres, FIBD 2013

Seb Cazes

Le dessinateur de la BD Le concierge dont je suis le scénariste était présent au FIBD à Angoulême cette année pour dédicacer l’album en avant-première.

Le site de la bande dessinée : Le Concierge
Achat en ligne sur Amazon
Achat en ligne sur Fnac
Achat en ligne sur BD Fugue
Achat en ligne sur Decitre

Follow me [ vimeo | facebook | twitter | tumblr | youtube]

Le Concierge est sorti !

concierge angoulême

Ma dernière bande dessinée avec au dessin Seb Cazes est sortie en avant-première mondiale lors du Festival International de la BD à Angoulême. L’accueil a été excellent et je vous invite à acheter cet album mais aussi à nous rejoindre sur Facebook : ici !

My last comic book (drawing Seb Cazes) was released a world premiere at the convention BD held in Angoulême. The enthusiasm of readers who came to see us on the stand of the publishing house was excellent and I urge you to buy this album but also join us on Facebook: here!

Le site de la bande dessinée : Le Concierge
Achat en ligne sur Amazon
Achat en ligne sur Fnac
Achat en ligne sur BD Fugue
Achat en ligne sur Decitre

Follow me [ vimeo | facebook | twitter | tumblr | youtube]

Un article dans La Montagne

ITW Tarek La MontagneLors de mon passage dans la Bibliothèque de Gueret où j’ai eu le plaisir de partager ma passion des livres et de la BD avec des enfants des classes primaires et les bibliothécaires, le journal La Montagne m’a interviewé.

During my time in the Library of Gueret where I had the pleasure to share my passion for books and comics with primary school children and librarians, the newspaper La Montagne interviewed me.

Lancement officiel de la campagne municipale | Le Concierge

Campagne officielle pour l’élection municipale de 1959 : le programme publié sous forme de bande dessinée sera disponible dans toutes les bonnes librairies de France, Suisse, Québec et Belgique à partir de la fin janvier !

Une présentation de l’ouvrage aura lieu durant le salon BD d’Angoulême sur le stand des éditions Moule à Gaufres (bulle nouveau monde) du jeudi 30 janvier au dimanche 2 février 2013.

Seb Cazes, les éditions du Moule à Gaufres et Tarek vous remercient de soutenir cet ouvrage émancipateur et d’une rare qualité !

Le site de la bande dessinée : Le Concierge
Achat en ligne sur Amazon
Achat en ligne sur Fnac
Achat en ligne sur BD Fugue
Achat en ligne sur Decitre

Follow me [ vimeo | facebook | twitter | tumblr | youtube]

Le Concierge de Tarek & Seb Cazes

Le site de la bande dessinée : Le Concierge
Achat en ligne sur Amazon
Achat en ligne sur Fnac
Achat en ligne sur BD Fugue
Achat en ligne sur Decitre

Follow me [ vimeo | facebook | twitter | tumblr | youtube]

En librairies !

Le site de la bande dessinée : Le Concierge
Achat en ligne sur Amazon
Achat en ligne sur Fnac
Achat en ligne sur BD Fugue
Achat en ligne sur Decitre

Follow me [ vimeo | facebook | twitter | tumblr | youtube]

Le Concierge : éléments de la BD en avant-première !

La création de la bande dessinée Le Concierge est terminée, l’album ne va pas tarder à partir à l’imprimerie. C’est une BD de 60 pages en couleur avec un scénario de Tarek et des dessins de Seb Cazes aux éditions du Moule-à-gaufres. Parution le 27 novembre 2012 !

The creation of the comic book The Concierge is done, the album will not be long starting to the press. 60 pages in color with a scenario Tarek and drawings Seb Cazes published in editions of Moule-à-gaufres. Issue in November 27, 2012!

Seb Cazes : http://sebcazes.blogspot.fr/

Le site de la bande dessinée : Le Concierge
Achat en ligne sur Amazon
Achat en ligne sur Fnac
Achat en ligne sur BD Fugue
Achat en ligne sur Decitre

Follow me [ vimeo | facebook | twitter | tumblr | youtube]