Catégorie : Paris Tonkar

Premier ouvrage sur le Graffiti en France
Un livre écrit par Tarek Ben Yakhlef & Sylvain Doriath
Florent Massot éditions
(Paris, 1991)

Expo Street Art à la Fondation EDF à Paris

A partir du 4 octobre à l’Espace Fondation EDF, je vais participer à l’exposition « StreetArt, L’innovation au cœur d’un mouvement ». Mon livre Paris Tonkar ainsi que deux de mes photographies seront exposées.

Paris Tonkar bookCette exposition rend hommage aux artistes et présente un panorama inédit des nouvelles pratiques du graffiti…

Paris TonkarL’exposition propose un panorama historique du Street Art depuis ses origines jusqu’aux années 2000. Documents d’archives, photographies, magazines, affiches de propagande sont autant de supports présentés pour expliquer l’évolution de ce mouvement artistique. Ponctué par les avancées technologiques, de l’invention des premières bombes de peinture à l’utilisation de l’extincteur, en passant par la numérisation des documents et l’arrivée du web, les artistes n’ont cessé de faire évoluer la discipline pendant les 45 dernières années. Innovant toujours, ils ont réinventé les codes du Street Art en proposant de nouvelles formes d’expression, enrichissant constamment l’interaction avec le public

Espace Fondation EDF :: 6 Rue Récamier, 75007 Paris

Exposition Clichés au Worshop Paris

ExpoWorshopBanniere

Les magazines Paris Tonkar et International Hip-Hop étaient disponibles à la vente durant la soirée.

Du 03 au 16 avril 2014 :: photographies de Olivier B. et Tarek ::

Workshop Paris
173 rue Saint Marin
75003 Paris

P1260029 P1260032 P1260033 P1260034 P1260035 P1260185

#expo clichés Paris Tonkar :: Workshop Paris

Expo Workshop Vernissage

Vernissage le 3 avril à partir de 19 heures
 
Les magazines Paris Tonkar et International Hip-Hop seront disponibles à la vente durant la soirée.
 
Du 03 au 16 avril 2014 :: photographies de Olivier B. et Tarek ::
 
 
Workshop Paris
173 rue Saint Marin
75003 Paris

Paris Tonkar édition anniversaire

Le graffiti, importé des Etats-Unis, est arrivé chez nous au tout début des années 80. Bando, un des précurseurs, a commencé dès 1983, rapidement rejoint par Blitz, Asphalt, Spirit, Colt, Psy, Ash2, Jacky, Skki, Lokiss, San, Muck, Leo2, Scame, Sheek, Joey et bien d’autres encore. Cette aventure picturale illégale est née dans les beaux quartiers parisiens sur les quais de Seine, à Beaubourg et sur les palissades du Louvre. Cette mode est devenue en deux ou trois ans un phénomène de société majeur mais aussi un mouvement artistique en plein envol que rien ne pouvait arrêter. De plus en plus de jeunes se sont mis à taguer, peindre, danser et chanter. Paris était cartonnée, Paris était retournée, Paris était bouleversée… Du monde entier, on venait peindre les palissades, les murs de Stalingrad ou encore la Petite ceinture. Le métro n’était pas en reste puisqu’il s’est trouvé peint dès 1984 pour la première fois par Dee Nasty, un des pionniers du Hip-Hop en France.

Entre 1987 et 1989, une nouvelle génération a émergé : les murs jusqu’en lointaine banlieue ont changé de couleur, le tag a été poussé à son paroxysme… Paris succombait ! Le style évoluait constamment et se détachait de plus en plus de la matrice new yorkaise, des démarches artistiques s’affirmaient et des expositions ont commencé à reconnaître la singularité de cet art. Et pourtant les amendes pleuvaient sur les writers, la loi se durcissait et, dès 1991, des jeunes furent envoyés en prison pour avoir « commis » des graffiti. La société désorientée ne comprenait plus une partie de sa jeunesse : écrire, toujours écrire, partout, tout le temps et avec l’obsession d’être visible par tous mais compris uniquement par ses pairs. Tous ces risques ne rapportaient rien tandis que la société faisait l’éloge de l’argent.

Paris Tonkar

Le livre Paris Tonkar, publié en juillet 1991, a décrit cette aventure unique dans l’histoire de l’art, ces années fastes du graffiti parisien où tout a commencé avec des lettres coulantes, qui ont contribué à faire de Paris un haut lieu du graffiti mondial.

L’édition anniversaire arrive bientôt avec plus de 500 photos, une centaine de dessins et des documents d’époque. L’ouvrage mythique sera disponible fin 2013 !

Exposition photo à la Sorbonne et à la Meetfactory de Prague

Dans le cadre du concours international de graffiti organisé par les étudiants du master CIMER de l’université Paris-Sorbonne, j’ai exposé des photos originales tirées de mon livre Paris Tonkar dans l’enceinte du centre Universitaire Malesherbes (Université Paris IV Sorbonne).

Si vous êtes du côté de Prague, je vous invite à découvrir l’exposition photo dans laquelle certains de mes clichés sont proposés au public à la Meetfactory de Prague ; elle se termine le 31 mars !

As part of the international competition of graffiti organized by the students of the Master CIMER of the University Paris-Sorbonne, I exposed original photos taken from my book Paris Tonkar inside the University Centre Malesherbes (Paris IV Sorbonne University ).

If you are near of Prague, I invite you to discover the photo exhibition in which some of my photographs are available to the public in Meetfactory Prague, it ends March 31!

Facebook : Concours de graffiti – Sorbonne Paris IV / Graffiti and street art contest
Les photographies ont été prises par Ariane • 2013 © DR

PARIS TONKAR

CP5


Sorti en 1991, PARIS TONKAR, par TAREK, premier livre édition de luxe sur la scène Graffiti Parisienne, big Up. Alors il est devenu introuvable c’est un vrai collector et à ma connaissance n’a pas été reédité. D’ailleurs je l’ai prété et je ne l’ai jamais revu … encore un chacal. Une rumeur dit q’une seconde édition devrait sortir, un bruit qui court.

En tout état de cause à défaut de l’avoir physiquement dans votre bibiliothèque, bien au chaud a coté de SUBWAY ART et SPRAYCAN ART, où il a sa place. Vous pouvez toujours le consulter en ligne et en bonne qualité sur le compte de publication de l’auteur > clique ici

En principe il est possible de l’insérer dans un page de blog, mais malheureusement le code html ne fonctionne aps ! Aussi petit désagrément pour le consulter il faut ouvrir un compte, bon il faut manoeuvrer un peu…

Voir l’article original 89 mots de plus