Historique

La Guerre des Gaules • Livre II / dessin de Vincent Pompetti

guerre des gaules

« Le lendemain Vercingétorix convoque l’assemblée et dit qu’il n’a pas entrepris cette guerre pour ses intérêts personnels, mais pour la défense de la liberté commune ; que, puisqu’il fallait céder à la fortune, il s’offrait à ses compatriotes, leur laissant le choix d’apaiser les Romains par sa mort ou de le livrer vivant. On envoie à ce sujet des députés à César. Il ordonne qu’on lui apporte les armes, qu’on lui amène les chefs. Assis sur son tribunal, à la tête de son camp, il fait paraître devant lui les généraux ennemis. Vercingétorix est mis en son pouvoir ; les armes sont jetées à ses pieds. À l’exception des Eduens et des Arvernes, dont il voulait se servir pour tâcher de regagner ces peuples, le reste des prisonniers fut distribué par tête à chaque soldat, à titre de butin. » Ainsi se termine le siège d’Alésia et la fin du rêve de Vercingétorix d’unir toute la Gaule sous la bannière de la liberté… Jules César devient le maître incontesté de la région la plus riche et la plus peuplée d’Europe… Cette libre adaptation de La Guerre des Gaules est le fruit d’une longue collaboration artistique entre Vincent Pompetti et Tarek, tous deux grands amateurs et connaisseurs de l’Antiquité. Les deux auteurs vous invitent à découvrir le second volet de ce récit unique relatant un moment unique de l’histoire qui a changé le visage de l’ancien monde à tout jamais !

La Guerre des Gaules • Livre I / dessin de Vincent Pompetti

Notre histoire se déroule durant la conquête de la Gaule dite « celtique » par les légions de Jules César (- 58 à – 50 Av. JC.). Nous nous sommes basés sur l’ouvrage qu’il a rédigé tandis qu’il menait cette guerre et qu’il a ensuite publié à Rome, pour sa propre gloire et sa propagande, dès la fin de son proconsulat en Gaule : La guerre des Gaules. L’arrière-plan du scénario se réfère essentiellement à ce livre, même si nous avons tenu compte des dernières recherches sur cette question afin d’avoir un rendu plus proche de la réalité. Cependant, le récit que nous développons (sur deux ou trois tomes selon le nombre de pages et la présence ou pas de dossier) s’attarde avant tout sur le parcours de six « personnalités » traversant cette époque troublée. Jules César et Vercingétorix, une espionne éduenne au service des Romains et un druide fanatique qui prêche la guerre à outrance contre l’envahisseur, un chef Arverne combattant sous les ordres de Vercingétorix et un général romain proche du parti sénatorial qui obéit à César, mais ne partage pas ses desseins. En outre, notre histoire montre la relation particulière entre César et Vercingétorix : ils sont amis et alliés (tome 1) puis la situation dégénère entre les deux hommes (tome 2) pour finir par les transformer en rivaux acharnés pour qui le pouvoir suprême est la chose la plus importante (tome 3). La victoire ou la mort car ils n’ont aucune autre issue au duel qui les oppose. Ainsi, le cadre historique tel que César nous l’a transmis sert de base à des histoires personnelles qui s’entremêlent et participent au changement profond de l’empire romain et aux prémices de la fin de la République. Espionnage, subversion, alliance politique, stratégie et propagande au service d’une cause et d’un homme : Rome et César ! Fiction et réalité, mythe et légende se mêlent pour donner une bande dessinée qui permet de revivre une aventure exceptionnelle menée par un homme qui a marqué l’histoire de l’humanité.


 

Turcos / dessin de Batist

Rescapé de la terrible boucherie de 14-18, Mourad Ben Slimane est de retour dans son village de Saint-Arnaud, non loin de Constantine. Il boite légèrement et porte encore au bras un pansement qu’il doit changer régulièrement. Dans sa poche, il garde précieusement un mouchoir renfermant du jasmin séché que lui avait donné son ami Alouache lorsqu’ils débarquèrent en France. Celui-ci lui avait dit ces quelques mots : « Prends ce jasmin, mon frère ! Il te portera chance et tu penseras au pays quand tu te sentiras seul… » Mourad va ainsi raconter le début de la guerre à diverses personnes mais pas forcément dans l’ordre chronologique. Il aborde surtout les détails de la vie de tous les jours sur le front, où les officiers sont quasi absents : c’est une plongée dans l’horreur des tranchées mais du point de vue de Mourad, d’Alouache et d’autres Poilus inconnus. Le 11e RTA participe à toutes les grandes offensives (Mourad en parle avec ces mots) : bataille de la Marne du 5 au 13 Septembre, bataille des Flandres le 12 novembre, le 28 janvier 1915 son régiment est posté sur la Grande Dune de Nieuport dans les Flandres. Alouache Ahmed Saïd Ben Hadj est rapidement promu au grade de sergent-chef. Le 9 mai 1915, l’offensive d’Artois sur « la côte 140 », située sur la crête de Vimy est un véritable carnage. Puis le 25 septembre 1915, la Champagne et la Butte de Souains, le Bois Sabot : les obus allemands pleuvent sur les soldats français et les mitrailleuses fauchent sans distinction tous les assaillants.


Sir Arthur Benton / cycle I intégrale / dessin de Stéphane Perger

Le colonel Kensington, alias Sir Arthur Benton, est un Anglais qui a choisi de servir l’Allemagne nazie. Arrêté après la fin de la seconde guerre mondiale par les Français, il est interrogé et raconte donc son parcours, un parcours pro-germanique mais cependant hostile à la politique menée par Hitler et ses hommes de main…

« La série Sir Arthur Benton, plusieurs fois primée, est parue sous forme d’intégrale. Qu’on se le dise ! Car c’est l’occasion pour ceux qui ne l’auraient pas encore découverte de mettre la main sur cette BD historique d’excellente qualité, que ce soit au niveau du scénario de Tarek ou au niveau du dessin de Stéphane Perger : un dessin entièrement réalisé à la peinture, dans un style qui a forcément joué en la faveur de cette trilogie des éditions EP ! Pour en savoir plus, n’hésitez pas à vous référer sur Sceneario.com aux fiches des albums qui la composent : Opération Marmara, Wannsee 1942 et L’assaut final. A découvrir absolument ! » SCENEARIO

Sir Arthur Benton / cycle II intégrale / dessin de Vincent Pompetti

La série commence en 1930 avec la montée du nazisme en Allemagne et se termine avec la mort de Staline en 1954.

Le second cycle se déroule aborde les premières années de la guerre froide.

« Après la victoire contre les Nazis, l’ennemi change de visage en Europe et les camps se recomposent : gare à la « lèpre rouge » !… Un 2nd cycle dense, dans la droite ligne du précédent : prenant. », FNAC

« L’alliance du vrai talent scénaristique et du génie du dessin », L’histoire

« La qualité de mise en couleurs directes restitue à merveille la tension de l’époque », DBD

« Original et captivant », BDgest

Sir Arthur Benton / cycle I / Opération Marmara / dessin de Stéphane Perger

Sir Arthur Benton est un espion de haut rang, est proche des milieux nationalistes britanniques. Ses opinions politiques et ses fréquentations sont très éloignées de la politique officielle de son gouvernement, dont il est de plus en plus critique. Seuls des amis engagés, comme lui, dans une logique politique totalement différente, sont au courant de son penchant pour les régimes forts. D’ailleurs, ses amis pensent qu’il est temps d’agir dans l’ombre pour changer les choses. Ceux-ci voudraient voir émerger des partis nationalistes en Europe afin de combattre le communisme en Union Soviétique.

La politique étrangère anglaise, méfiante à l’égard de Staline, n’est pas dans une logique guerrière pour le moment. Ce groupe de conspirateurs mène une action clandestine et secrète.

Sir Arthur Benton / cycle I / Wannsee, 1942 / dessin de Stéphane Perger

Marchand questionne toujours le colonel Kensington, alias Arthur Benton. L’interrogatoire porte principalement sur la fameuse réunion qui a eu lieu près du lac de Wannsee, le 20 juin 1942, et sur ses conséquences. C’est lors de cette réunion qu’une quinzaine de dirigeants du Reich ont décidé de procéder à l’extermination massive des juifs. Benton raconte. Lui, le britannique qui a choisi d’œuvrer pour le camp allemand, n’avait pas assisté à cette réunion, bien que proche de certains des participants. Ne soutenant pas la solution finale mais étant par contre partisan d’une guerre prioritairement axée sur le combat contre le communisme sur les fronts de l’est, il a essayé en vain de faire peser son point de vue. Des clans se forment au sein de l’intelligentsia germanique. Les contacts allemands de Marchand et celui-ci mènent mission sur mission pour tenter de coincer Benton. Infiltrations, captures et interrogatoires de collabos, attentats, tout est bon pour mener cette guerre des services secrets. Au cours de son voyage vers Varsovie où Benton a été envoyé mais où il ne sera toujours pas capturé, Marchand verra de ses yeux un camp d’extermination… Le conflit a atteint des sommets en terme de stratégies inhumaines : l’Allemagne, dirigée par des politiques sans cœur, écrase tout sur son passage. Pourtant, l’avenir devient de plus en plus incertain pour Hitler. Ce dernier sortira indemne de l’attentat perpétré contre lui dans son bunker de Prusse Orientale, lui faisant remettre en cause la confiance qu’il accordait à ses plus proches conseillers. Le début de la fin… C’est que tout acquis qu’il est à la cause allemande, Benton gravite quand même dans les milieux hostiles à la politique du Führer…

Sir Arthur Benton / cycle I / L’assaut final / dessin de Stéphane Perger

Avril 1945…

Berlin est assiégée !

Benton et son équipe exfiltrent d’Allemagne des personnes qui ne souhaitent pas finir dans les prisons soviétiques. Selon lui, il est encore temps de préparer la prochaine vraie guerre contre Staline en recrutant des ingénieurs et des scientifiques. Marchand se met à douter en s’apercevant que les services secrets alliés agissent de la même manière.

Le jeu de dupes continue, plus sournois et plus violent. Le IIIe Reich s’effondre, sur ses cendres les grandes puissances se partagent le monde.

Sir Arthur Benton / cycle II / L’Organisation / dessin de Vincent Pompetti

Après la victoire contre les Nazis, l’ennemi change de visage en Europe et les camps se recomposent : gare à la « lèpre rouge » !… Un début de 2nd cycle dense, dans la droite ligne du précédent : prenant. Quand Staline meurt au début de mars 1953, c’est près d’un million de personnes qui le pleurent et viennent lui rendre un dernier hommage. En coulisse, la question de sa succession est sur toutes les lèvres. Règlements de compte, exécution, vrais et faux suicides maquillés vont bon train alors que le défilé des personnalités se poursuit devant la dépouille du « Petit Père des peuples » (…). A l’été 1945, à Paris, le colonel Marchand reprenait du service. Non que l’homme se soit retiré la victoire acquise, mais le général De Gaulle le demande à présent à Londres. Un avion spécialement affrété l’attend au Bourget. La France et l’Europe ont de nouveau besoin de ses « services » (secrets) ! A Londres, Marchand retrouve deux connaissances du milieu, Brigitte et Henrich. Le premier ministre Winston Churchill leur expose la situation. Devant la menace d’une main mise soviétique sur le continent, les alliés français, anglais et américains ont décidé de la constitution d’une cellule spéciale de renseignements. Sa mission est simple : prévenir et combattre partout où il se présente le « danger rouge », comme en Grèce par exemple où les communistes ont pris les armes. Son commandement sera assuré par le général… Benton ! Une vielle connaissance aussi, alors dans l’autre camp. Ennemi hier, « ami » aujourd’hui…

Sir Arthur Benton / cycle II / Le coup de Prague / dessin de Vincent Pompetti

Au centre de toutes les tensions, depuis son QG de Berlin, l’« Organisation » dirigée par Sir Arthur Benton combat les agents du MGB, ancêtre du KGB.
Or Marchand, « l’incorruptible », est approché par une troublante jeune femme. Dans cette guerre de l’ombre où tous les coups sont permis, peut-il se confier, au risque de mettre en péril sa mission ?

L’Europe est à peine sortie de la seconde guerre mondiale que plane sur certains pays « à profil » la menace de la mainmise soviétique et de sa doctrine communiste. Le rideau de fer est en train d’être tiré, coupant le continent en deux… L’Organisation surveille donc de près les velléités staliniennes et investit de grands moyens financiers et humains pour lutter contre le communisme sur les territoires de quelques pays plus particulièrement sensibles, comme la Tchécoslovaquie. Mais malgré leurs espoirs et leurs efforts, Prague subit un coup d’état et tombe bientôt dans le giron rouge. Dans ses frontières vivent cependant des hommes qui ne veulent pas servir la cause de l’URSS. L’Organisation monte pour eux des opérations d’exfiltration.

Sir Arthur Benton / cycle II / La mort de l’Oncle Joe / dessin de Vincent Pompetti

Russes et Alliés s’opposent autour de l’entité yougoslave. Progressivement, les frontières « pérennes » des deux blocs se dessinent… Fin du second cycle des aventures de l’espion transfuge du nazisme. L’album le plus abouti de cette trilogie. Nuit du 27 au 28 octobre 1948. Dans une chambre d’un hôtel berlinois, Marchand rencontre son amante prénommée Rosa, travaillant en secret pour le MGB, les renseignements soviétiques. Le Français n’est pas dupe. Et les informations lâchées sur l’oreiller visent à orienter l’ennemi sur une fausse piste (…). Depuis 1944, le maréchal Tito rêve d’une fédération yougoslave indépendante. Cependant, Staline ne l’entend pas de cette oreille. Naturellement, les Alliés manœuvrent aussi en coulisse afin de contenir l’expansionnisme russe. Le général Benton dirige les opérations. Américains, Britanniques et Français décident d’apporter leur soutien à Tito contre une ouverture économique promise. Des deux côtés, les agents infiltrés – doubles – pullulent et l’on cherche à faire place nette, vainement…


Raspoutine • tome 1 / dessin de Vincent Pompetti

Début du XXe siècle… Dans les montagnes syriennes, le monastère orthodoxe Der Mar Moussa, accueille un étrange pèlerin : Raspoutine ! Celui-ci vient dérober un manuscrit qui contient les clés pour comprendre la Bible et « L’Apocalypse selon Saint Jean ». Ce codex permet d’acquérir le pouvoir de ressusciter les morts ! Raspoutine tient-il l’arme qui va servir son dessein : devenir le confident des Romanov pour diriger la Sainte-Russie ? Mais le moine Johannes part sur les traces de l’escroc. Après bien des péripéties, il arrive à Moscou où Raspoutine a déjà fait des miracles. Depuis qu’il soigne l’héritier hémophile, son aura est immense. Le pape, également alerté, envoie au Palais des Romanov son moine espion : Bernard de Chartres. Son but sera le même que celui de Johannes : démasquer Raspoutine et récupérer le manuscrit. Mais comment y arriver sans créer d’incidents ni se faire tuer ? Une alliance s’impose entre les deux hommes d’Église…Grigori Efimovitch dit  » Raspoutine  » dérobe dans un monastère orthodoxe, un manuscrit qui contient les clés pour comprendre la Bible et l’Apocalypse selon Saint Jean. L’arme absolue, selon lui, pour  » diriger  » les âmes et les êtres d’une Russie en proie au doute, et à la veille d’une révolution… Entre fiction et vérité historique, le destin d’un homme, d’une famille et de son Empire : Raspoutine, les Romanov et la Sainte Russie.

Raspoutine • tome 2 / dessin de Vincent Pompetti

Il a gagné la confiance du Tsar et de sa famille… l’ascension de Raspoutine semble irrésistible mais agace très sérieusement. Et l’on complote contre sa vie… Un portait nuancé et ambivalent du Faux prophète. Année 1906 – En sa ville de Saint-Pétersbourg, le Tsar est préoccupé par les grèves qui se multiplient et paralysent le pays. Il craint des débordements qui à Moscou sont légion, des affrontements nombreux éclatant entre les manifestants et les forces de l’ordre. Les rapports de la police secrète sont clairs : le moindre incident pourrait être fatal à son règne. Décembre 1916 – Bernard de Chartres poursuit la rédaction du rapport demandé par sa Sainteté. Il en oublie même de manger, ne sortant de sa cellule de Matines qu’à l’invitation du nonce. Le Pape se tient informé régulièrement du contenu et de l’avancée des travaux du moine redoutant qu’un scandale n’éclabousse l’église. Car à l’été 1906, Raspoutine était déjà devenu un familier de la noblesse russe, fréquentant notamment les duchesses Militza et Anastasia, proches de l’impératrice. Le faux prophète leur parle en privé de sa Sibérie natale, la « vraie » Russie, il gagne un peu plus chaque jour leur confiance et comme le dit son compagnon Johannes : le loup est entré dans la bergerie. Finalement, un après-midi d’octobre, Raspoutine est reçu par Nicolas II dans ses appartements, entouré de sa famille. Le moujik flaire la santé fragile du petit Alexis. Peut-être est-ce le moyen de pénétrer encore plus les hautes sphères du pouvoir ? Mais en haut lieu justement, le personnage commence a agacer très sérieusement…

Raspoutine • tome 3 / dessin de Vincent Pompetti

Auteur supposé de la guérison miraculeuse du tsarévitch, Raspoutine revient en grâce et semble désormais intouchable. Ses jours sont pourtant comptés… Un final réussi, point d’orgue d’une trilogie montée en pression. Seul en sa cellule, le frère Bernard poursuit son travail. Le cardinal Del Ponte est impatient de lire la suite de son rapport. Le frère a donc mis les bouchées doubles. L’épuisement guette mais qu’importe, il pourra bientôt « se reposer »… Le 16 septembre 1912, la famille du Tsar se trouvait à Spala, une des réserves de la chasse impériale. Le jeune Alexis, héritier du trône, a fait une nouvelle chute. Une hémorragie interne s’est déclarée et les médecins, impuissants, ne donnent pas cher de sa vie. Les meilleurs praticiens du royaume défilent ; tous échouent. Début octobre, on commence à parler de l’après, évoquant l’édification d’un monument à la mémoire de l’enfant. La Tsarine, elle, fait dépêcher en urgence une lettre au staretz Raspoutine. A réception du message, l’homme s’enferme chez lui et se livre à une étrange cérémonie. Est-ce la transe exécutée et les prières faites, mais le jeune Alexis se rétablit miraculeusement. En état de grâce, Raspoutine revient alors de son exil forcé. Arrivé à Saint-Petersbourg, devenu intime de la Tsarine et conseiller de son époux, le « faux prophète » paraît à présent intouchable…

Pub Raspoutine


Lawrence d’Arabie • tome 1 / dessin d’Alexis Horellou

lawrence 1Dans un contexte de guerre mondiale, en 1916, au Moyen-Orient, un complot élaboré par les services secrets français se trame visant un jeune officier du service des renseignements militaires britanniques. Ce dernier répondant au nom de Thomas Edward Lawrence a été envoyé par son gouvernement au contact des tribus arabes et plus particulièrement l’émir Faysal pour organiser la révolte de ce peuple contre les Turcs, desservant de fait les intérêts sournois de la France. Fort de ses nombreux déplacements et de ses interventions auprès de ses chefs, il acquiert une notoriété au sein de la communauté arabe qui lui permet de participer directement à son unification et son insurrection. Mais la menace d’un attentat est toujours présente et peut à tout moment remettre en question son implication partisane.

Lawrence d’Arabie • tome 2 / dessin d’Alexis Horellou

lawrence 2Le 2 juillet 1917, l’armée arabe menée par le commandant Lawrence enlève Aba Al-Lisan, dernier rempart turc avant Aqaba. La victoire acquise, Lawrence apprend que la ville prochaine de Maan n’est plus défendue et que celle d’Aqaba tomberait au premier assaut. L’Anglais donne priorité à cette dernière. Il n’a aucun mal à convaincre son ami Aouda qui le dit protégé d’Allah. L’armée arabe fait donc mouvement vers la mer et pénètre en libératrice dans Aqaba, les Ottomans ayant hissé le drapeau blanc. Lawrence a rempli sa mission. Conformément aux instructions de son état-major et au service du chérif Faysal. Lawrence joue double-jeu et il le sait. Sa position aux côtés de ses amis bédouins est parfois difficile car les Alliés ne pensent qu’à Damas et se fichent complètement des intérêts arabes. Le capitaine décide néanmoins de rejoindre le Caire afin d’y faire son rapport et d’y prendre de nouveaux ordres. Il souhaite enfin s’enquérir de la situation afin d’agir. La vie du faucon anglais – qui aime à se vêtir à l’indigène – ne tient pourtant qu’à un fil tant le nombre de ses ennemis grandit et celui de potentiels assassins aussi…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s